Le recyclage a le vent en poupe ces temps-ci. 

Il est même le fer de lance de l’écologie ! Au point de confondre le recyclage avec d’autres notions plus subtiles.

Soyons clair, le recyclage n’est pas la solution idéale pour etre écolo, loin de là. Il reste tout de même une bonne porte d’entrée pour sensibiliser sur la quantité de déchets produit et donc à recycler. In fine, le but est bien de diminuer les déchets pour diminuer le recyclage… De plus, transformer des déchets utilise de l’énergie et a donc un impact environnemental… Bref ! Le thème de cet article n’est pas là.

Aujourd’hui, le recyclage est le panier fourre-tout de toute initiative de transformation des déchets.

Alors, faisons le point sur les subtilités du recyclage…

 

Le recyclage c'est 3 notions différentes :

Le recyclage

Le recyclage, c’est la transformation d’une matière considérée comme un déchet en une matière (ou un produit) réutilisable. En général, les matières (ou le produit) sont réutilisés pour produire les même objets.

Nous avons l’habitude quotidienne de recycler nos papiers, nos bouteilles en verre, nos piles etc… Le recyclage fait partie de notre paysage journalier depuis les années 90. Aujourd’hui 87 % des Français trient leurs déchets en vue du recyclage, mais ce chiffre cache le fait que ce reflexe n’est pas systématique pour 56% d’entre eux : c’est énooooorme !

(sources : sondage réalisé par Ipsos pour Eco-Emballages en 2014)

« Le geste du tri est plébiscité par les Français, mais il ne fonctionne pas encore partout ni dans toutes les catégories de populations. Nous devons tout faire pour le rendre exemplaire et relancer la collecte sélective, qui s'est stabilisée depuis quelques années »

Eric Brac de La Perrière - directeur général d'Eco-Emballages

Bref, le recyclage est un long combat pas encore gagné mais bien ancré dans notre inconscient collectif. Ce qui n’est pas le cas avec les 2 notions suivantes…

Le surcyclage ou l'upcycling

Si surcycler c’est recycler, recycler ce n’est pas pour autant surcycler …

Le concept de surcyclage/upcycling existe depuis les années 90… mais il a été popularisé par William McDonough et Michael Braungart dans leur livre Cradle to Cradle : Remaking the Way We Make Things en 2002.

Le surcyclage (ou upcycling), c’est la transformation d’une matière considérée aussi comme un déchet sans destruction de la matière. C’est-à-dire que la matière est ré-inventée et prend de la valeur par sa transformation.

On peut distinguer 2 types de surcyclage :

  • Le surcyclage pré-consommateur est le produit non utilisé, encore à l’usine qui provient de chutes de production.
  • Le surcyclage post-consommateur est le produit non utilisé déjà vendu et réutilisé par le consommateur.

Le décyclage ou sous-cyclage

Idem, si décycler c’est recycler, recycler ce n’est pas décycler…

Le concept de décyclage (tout comme celui du surcyclage) est apparu dans les année 90 avec Reiner Pilz : il a voulu dépasser le concept générique du recyclage en identifiant le surcyclage et le décyclage.

Le décyclage, c’est la transformation d’une matière considérée aussi comme un déchet ou d’un objet inutile en un produit de moindre qualité.

Dans quelles conditions on utilise le décyclage?

  • Si les matériaux se sont trop dégradés suite à une utilisation trop intensive, ils ne répondent plus aux exigences de qualité et de sécurité pour pouvoir être utilisé pour sa fonction originelle, alors ils seront utilisés dans une autre fonction.
  • Si les coûts de production à  la création d’un produit de même qualité ne sont pas rentables

Qu'en est-il en lunetterie ?

Lorsque des lunettes ne sont plus utiles, il existe différentes solutions :

  • Une grande partie va être donnée à des associations humanitaires qui trieront et enverrons le tout dans des pays étrangers.
  • Pour les lunettes abîmées, cassées et trop usées, elles partiront à la poubelle,
  • Une partie resteront dans le tiroir des consommateurs.

Depuis peu, nous voyons des solutions disruptives se développer :

  • la solution du 2nde main et du vintage 
  • la récupération de matière comme l’acétate de cellulose, pour recréer une nouvelle matiere pour monture.

Alors, concrètement :

  • les lunettes 2nde main et celles récupérées par les associations, c’est du surcyclage,
  • la matière des lunettes récupérée pour créer de nouvelles lunettes (comme l’acétate de cellulose), c’est du recyclage ,
  • les lunettes dans les tiroirs peuvent etre du surcyclage mais cela reste du gâchis si elles sont inutilisées,
  • Les lunettes fabriquées en matière de divers plastiques recyclés, finalement ce sont des lunettes en matière surcyclée.

En ce qui concerne les lunettes cassées qui jusque là sont des sources de déchets, RecyclOptics se donne la mission de les recycler voir de les surcycler.

Chez Optic for Good

Sonia B. Design

La marque de lunettes française developpée par Sonia Bichat repose sur le recyclage de ses chutes de production de lunettes en acétate de cellulose.

Elle sublime la matière grâce à son procédé breveté pour créer des collections uniques en acétate de cellulose recyclé.

Retrouvez leur fiche de présentation de marque labellisée Optic for Good

Brevno

La marque de lunettes sibérienne a développé récemment une collection de déchets plastique surcyclé.

Leur particularité est cet aspect marbre ou pierre qui sublime le déchets : un bel exemple de surclyclage

Retrouvez leur fiche de présentation de marque labellisée Optic for Good

Monkeyglasses

La marque danoise avait déjà proposé une collection en acétate de cellulose recyclé de coloris noire.

Aujourd’hui, elle propose une collection de lunettes en métal surcyclé au style scandinave très tendance.

Retrouvez leur fiche de présentation de marque labellisée Optic for Good

Maintenant que vous êtes calés en recyclage / surcyclage / décyclage, ré-identifiez les lunettes à leur juste cyclage et partagez vos trouvailles en commentaire.

Continuez à suivre l'actualité de l'écologie
en optique-lunetterie

Inscrivez-vous à la GOODSLETTER !